Stacks Image 60
Stacks Image 61
Stacks Image 62
Stacks Image 63
Stacks Image 64
Stacks Image 65

« ENFANTS ET ADOLESCENTS »

BAGNOLET
Dr Agnès AFLALO, Mme Nathalie GEORGES, Mme Laure NAVEAU

Quel est l’impact du discours de la science sur les enfants ?
Quel est l’impact du discours de la science sur les enfants du XXIè siècle ? L’enfant appareillé aux gadgets qui déferlent sur le marché, serf des publicités qui lui organisent ses loisirs par le biais des médias, sommé de ne rien celer de ses « compétences » pour avoir chance de trouver sa place dans les grilles des évaluations qui s’abattent sur lui de plus en plus tôt dans sa vie, affolant ses parents, cet enfant qui n’existe pas s’incarne en autant de parlêtres que nous pouvons en accueillir au CMP où a lieu la présentation.
Nous nous centrerons cette année sur les conditions d’émergence de la vérité, telle que la mise en jeu de la parole permet l’appréhender dans le dispositif de la présentation, qui favorise l’aperception de l’écart qu’il y a entre la parole de l’enfant, celle de sa mère et celle de son père, chacun des membres de la « cellule familiale » y étant invité à parler seul, en son nom.
La lecture de « La science et la vérité » (Lacan, 1965, Ecrits) sera le filigrane qui nous permettra de situer dans chaque cas présenté la chance du savoir, à la place qui lui est faite dans le discours de l’analyste.
Le séminaire théorique proposera un commentaire de « La science et la vérité » en filigrane des cas présentés.

Lieu : Centre Médico-psychologique – Croix Rouge française, 4 bis, rue du Lieutenant Thomas, 93170 Bagnolet.
Périodicité : Vendredi de 11h à 13h15, tous les quinze jours, de novembre 2012 à juin 2013.
Renseignements : Agnès Aflalo : 01 43 54 38 18
RUEIL-MALMAISON
Mme Lilia MAHJOUB
page6image15696
« Réel, Symbolique, Imaginaire » La clinique de l’enfant, à la lumière des concepts et des notions de la psychanalyse
Le réel, le symbolique et l’imaginaire sont les trois registres distingués par Lacan tout au long de son enseignement, et ce d’abord en termes de structure, puis à la fin de celui-ci en termes de topologie. Lacan orientera ainsi son enseignement vers le réel, cet impossible à dire comme tel, et dont il énoncera qu’il réside dans le nœud même fait des trois consistances que sont le réel, le symbolique et l’imaginaire. Ainsi le réel ne se réduit-il pas à la nomination d’une de ces consistances.
Il s’agira, cette année, de parcourir des concepts et des notions majeures de la psychanalyse, de suivre leur évolution chez Lacan, soit de leur conception structurale à leur conception nodale.
Le symptôme, par exemple, qui de l’enveloppe formelle ou du nœud de signifiants, ce qui le conçoit comme ne relevant que du symbolique, deviendra ce qu’il y a de plus réel chez un parlêtre, terme que Lacan substituera à celui d’inconscient.
L’objet que Lacan sort de l’impasse post-freudienne, en l’extrayant de l’imaginaire, et auquel il

donnera son véritable statut avec l’objet réel. La mamme est ainsi « ce dont l’enfant est séparé de façon interne à la sphère de son existence propre ». Exit la relation à la mère ! Cette mamme sera ainsi plaquée sur le corps de celle-ci et fonctionnera ainsi au niveau du . C’est ce qui se trouvera être au cœur du trou central, le vrai trou du nœud borroméen, bordé par trois acceptions de la jouissance, situables dans les intersections des trois consistances du nœud :
- La jouissance du sens, à l’intersection de l’imaginaire et du symbolique, soit le bla-bla du parlêtre.
- La jouissance phallique, à l’intersection du symbolique et du réel, soit les pulsions et le fantasme.
- L’Autre jouissance, à l’intersection du réel et de l’imaginaire, soit une jouissance qui excède la
jouissance phallique et d’être hors du symbolique, s’avère indicible.

Ces nouages, ces intersections, les raboutages, suppléances, corrections diverses du nœud borroméen, ouvrent des perspectives inédites au plan de la clinique et constituent une approche des plus rigoureuses pour cerner la façon dont cela s’est noué ou non pour un enfant. Le rapport qu’il a à son corps, l’usage qu’il a du langage, la façon dont s’expriment ses pulsions, le statut de ses objets, à partir de la conception de l’objet par Lacan, seront ainsi interrogés, qu’il s’agisse d’autisme, de psychose ou de névrose.

La clinique de la présentation des enfants, à savoir ce que ceux-ci nous communiqueront, un par un, à travers leur langage parlé ou écrit, constituera l’étai essentiel de ce travail.
Une bibliographie sera indiquée aux participants.

Lieu : Centre thérapeutique « Le petit Hans » (service du Dr Joffe), 24, rue de la Paix, 92500 Rueil- Malmaison, le jeudi de 9h 45 à 12h.
Périodicité
: une fois par mois.
Renseignements
: Pour pouvoir participer à ces présentations, un entretien préalable avec l’enseignant sera proposé aux personnes inscrites. Il conviendra pour cela de s’adresser directement au secrétariat de Lilia Mahjoub, en appelant le 01 45 56 08 36, les lundis et mercredis de 15h30 à 19h, afin de prendre rendez-vous.